Un bon visuel est primordial pour faire passer votre message et promouvoir vos services/produits, mais cependant, réaliser de bons visuels est une tâche ardue, et c’est même une chose qui s’apprend (c’est d’ailleurs ce que j’ai pu apprendre pendant mes études, entre autre bien sûr !).

Comme je sais que vous n’avez pas encore trop les moyens de faire appel à un·e graphiste, voici quelques conseils pour améliorer ces supports que vous réalisez vous-même.*

Et vous commencez à me connaître, je vous y joins quelques exemples, car je trouve qu’il est bien plus simple de comprendre avec des exemples concrets !

1 – Faire preuve de clarté, tu feras

Je ne vais pas refaire un énième laïus pour vous dire qu’il est important d’avoir travaillé en premier sur sa stratégie, sur le message global à faire passer, à qui vous allez vous adresser, etc… car tout cela vous devait le savoir (n’est-repas ?!).

Mais ce que je vais vous dire va vous paraître frustrant, car vous allez devoir y aller par parcimonie. Comme vous, j’ai eu envie de partager le plus possible mon savoir et d’expliquer cette idée, ce concept ou ce sujet qui me passionne.

Pour se faire, vous pouvez soit diviser ce message en plusieurs parties ou en plusieurs fois, et donc en plusieurs images. Ou alors vous pouvez choisir un format spécifique dans lequel vous êtes à l’aise, par exemple un article de blog, un épisode de podcast, une vidéo YouTube.

Si vous ne pouvez pas fractionner votre message, il va falloir l’épurer pour qu’il rentre dans votre format imposé.

Pour se faire, vous pouvez reprendre l’exercice, que je vous avais déjà proposé, qui est d’écrire votre mission en une seule phrase avec la formule « pour (mon client idéal), notre (entreprise/marque) apporte (concept/solution) qui (spécialité/différenciation). »

Vous pouvez aussi vous répondre aux questions du QQOQCCP, soit le Quoi, Qui, Où, Quand, Comment, Combien, Pourquoi. Ces questions sont souvent celles qui sont le plus souvent posées et qui nous trottent en tête. Il est donc important que vous apportiez les réponses à ces interrogations sur votre média.

2 – Les informations, tu hiérarchiseras

Utiliser ces dernières questions, le QQOQCCP, vous permettra aussi de hiérarchiser les informations puisqu’elles sont classées selon leurs importances. Bien sûr, vous n’êtes pas obligés d’apporter une réponse à toutes ces questions, cela dépend du message que vous avez à transmettre.

En plus de l’ordre de ces informations qui amène déjà une certaine hiérarchie, il va falloir les distinguer visuellement.

Par exemple, si vous devez créer une affiche, Le Quoi, qui est donc l’information principale, sera donc le titre à mettre en plus gros. Le Qui, peut être dans le sens ‘Qui le fait’, donc ceci peut être illustré par un logo, mais s’il indique le ‘pour qui’ alors il n’est pas forcément à indiquer puisqu’il est souvent induit dans le Quoi.

Les autres informations à mettre en avant pour une affiche, seront le Quand, ainsi que le Où, qui seront comme des intertitres. Les informations supplémentaires à ajouter en tant que légendes, sont le Combien & Comment (comment venir par exemple, comment avoir des renseignements, etc…). Pour ce cas pratique, le Comment est optionnel, il peut soit ne pas se mettre, ou alors s’ajouter en texte simple pour expliquer plus en détails votre titre.

Voilà ce que cela donne en image, pour encore plus de clarté.

Discours Personne érudit personne novice

3 – Les éléments, tu équilibreras

Il y a aussi un point qui est essentiel pour ne pas avoir un rendu étrange à l’œil. Car oui oui souvent, nous détectons un élément qui cloche, mais nous n’arrivons pas à expliquer ce qui peut nous gêner, eh bien c’est souvent dû à un problème d’équilibre. Toutes les informations sont souvent situées au même endroit en bas à droite, ou au centre.

Il vaut mieux disposer les éléments, non trop éparpillés, mais en utilisant la place que vous avez à disposition, pour ne pas avoir cette sensation d’une image qui tombe d’un côté par sa lourdeur.

Vous pouvez par exemple diviser votre visuel en 9 parties égales, soit en deux lignes verticales et deux lignes horizontales. Les informations importantes seront à disposer proche des intersections.

Un spectateur regardera en premier le centre de l’image avant de continuer sa lecture en 2, soit de gauche à droite & de haut en bas.

La balance visuelle se jouera aussi avec le placement des éléments entre eux. Il est important qu’un élément soit aligné sur un autre, car sinon cela apporte un déséquilibre supplémentaire.

4 – Le contraste, tu adopteras

Un contraste important permet à votre visuel de se différencier plus facilement.

Pour cela, vous pouvez jouer sur une utilisation plurielle de typographies, en évitant d’en utiliser trop car less is more ! 3 est une bonne limite, mais 2 est ce qu’il y de mieux avec une pour les titres et une pour les textes. Vous pouvez ensuite jouer sur les différents styles de la typographie, soit écrire les légendes en Italique, les textes en Regular et les informations annexes en Light.

Le contraste va aussi de jouer avec les couleurs. Si vous utilisez un fond de couleur claire, il sera de bon ton d’utiliser une couleur foncée pour votre texte et non une couleur claire, voire pire une dont la nuance se rapproche de très près de celle utilisée pour le fond.

Structure visuel

Vous voyez, ce n’est pas hyper lisible comme rendu.

5 – Du minimalisme, tu abuseras

Comme dit un peu plus haut, less is more.

Cela indique qu’il est préférable de ne pas trop en faire : trop de couleurs (à moins que vous ayez une identité arc-en-ciel, et encore, même pour cela, il faudra des couleurs principales), trop de typos, trop d’éléments visuels (surtout, s’ils n’ont rien à voir avec les valeurs que vous avez envie de partager).

Laissez aussi respirer votre composition. Cette respiration est tout aussi important pour votre corps que votre contenu graphique !

L’œil a besoin de se reposer avec ces ouvertures que vous aurez créées via des marges, des espaces ; mais aussi pour apporter du relief aux textes ou images qui s’ajoutent puisque si vous en mettez trop, les éléments vont se perdre dans un brouhaha.

En résumé =

lisibilité

simplicité

cohérence

Ce sont les maîtres mots qui doivent vous guider lors de la création de vos visuels & que vous devez garder en tête pour vous rappeler ces précédents conseils.