Fin octobre, je suis allée au salon NatExpo qui est le salon international des produits biologiques dédié aux professionnels.

J’ai pu y rencontrer les nouveaux acteurs de la bio de demain et d’aujourd’hui, découvrir des nouveautés (produits, innovations techniques, etc), participer à des conférences, rencontrer de possibles futurs fournisseurs.

C’est d’ailleurs sur ce dernier point que portera cet article, puisque j’ai pu être émerveillée des avancées et des solutions qui sont mise en place pour une consommation bien plus adaptée.

Le packaging pur et dur

Évidemment, le plus logique pour que des packagings soient responsables, ils ne doivent pas être en plastique, ou alors en avoir le moins possible pour pouvoir être bien recyclés. Un emballage en carton est ce qu’il y a de mieux en terme d’emballage. Cependant, il n’est pas toujours possible de faire appel à cette méthode puisque pour tout ce qui est alimentaire, il est réglementaire que le contenu ne soit pas en contact avec le carton (qui est perméable) et les encres qui peuvent s’y trouver (bien que ce soient des encres végétales). Il est nécessaire d’avoir une fine couche de plastique.
Mais cette fine couche, n’empêche pas forcément le recyclage, voire le compostage du produit. J’ai pour vous quelques exemples.

Un acteur bien engagé dans la conception d’emballages éco-responsables est Malengé.
Malengé est une imprimerie française qui existe depuis 1908. Elle a su répondre aux demandes des marques souhaitant des emballages plus responsables en cherchant des solutions dès 2016, puis c’est en 2019 que ces emballages ont commencé à être produits.
Ces emballages sont 100% recyclables tout en étant protecteurs pour le produit (à l’humidité, à la lumière, à l’oxygène,…) et peuvent s’adapter pour différents contenus (pharmaceutique, ménager, alimentaire, cosmétique, etc.). L’autre avantage est que Malengé propose des formes diversifiées.

Un autre acteur qui m’a grandement impressionné est le concepteur et le fabricant français de packagings compostables qui n’est autre qu’ Adypack.
Ces contenants sont remarquables pour leur forme qui est reconnaissable, mais surtout pour leur système de fermeture qui est assez révolutionnaire puisqu’elle ne nécessite rien de plus que l’emballage

Ce qui d’autant plus incroyable, c’est que ces emballages sont entièrement compostables dans nos compost maisons, ou ceux présents en ville. Ils sont composés majoritairement de papier kraft non blanchi, et avec seulement une fine couche de bioplastique (obtenu à partir d’amidon de maïs) pour protéger le contenu.
C’est donc une très belle découverte & un beau coup de cœur pour ce concepteur/fabricant de packagings.

Durant mon tour de ces fournisseurs, je n’ai pu m’empêcher de penser à mon client chouchou du moment qui est une conserverie qui vient mettre en bocal les invendus des agriculteurs présents tout autour d’Houdan (78). Pour eux, et pour tout ceux qui font tout de A à Z, j’ai regardé les solutions qui permettent de gérer aisément l’empaquetage. J’ai donc regardé des machines qui permettent de disposer les produits dans les emballages que j’ai pu citer par exemple plus haut.
Mais l’autre point qui est d’autant plus intéressant, était de découvrir des imprimantes pour des étiquettes réfléchies.
Imprimer soi-même ses étiquettes est une réponse idéale pour n’imprimer que les quantités justes d’étiquettes selon une production qui peut varier. C’est aussi rassurant de pouvoir gérer soi-même le rendu des étiquettes. Et l’avantage premier est d’avoir dès que voulu ses étiquettes sans avoir un temps supplémentaire dû à un·e intermédiaire.

Le marketing autour

Dès que le sujet du packaging est abordé, il est impossible de ne pas penser à tout ce qui peut graviter autour, soit le reste de la communication. Je serai brève dessus puisque j’ai déjà pu réaliser deux articles, un concernant le graphisme éco-responsable et tout ce qui peut être imprimable (flyers, cartes de visite, brochures, etc…) > juste-ici ; et un autre concernant les sites internet responsables > juste-là.
Il est, en effet, important de communiquer sur ses produits, mais de le faire bien pour rester aligné à ses valeurs.

J’ai d’ailleurs découvert pendant ce salon un imprimeur assez particulier mais tout aussi intéressant. Ce sont nos voisins frontaliers belges : Print your ideas.  Ils impriment sur du textile en respectant les valeurs qui nous tiennent à cœur : l’écologie et le commerce local tout en gardant une certaine qualité. Et tout comme moi, ils aiment planter des arbres à chaque commande.

Pour une marque, comme pour un magasin, il peut être intéressant de travailler sur son image de marque en abordant des vêtements à leur effigie. Cela peut aussi très bien être un fournisseur intéressant pour une marque spécialisée en textile.

Le coin « création de boutiques »

Dans cette continuité de recherches de prestataires intéressants et liées aux packagings, j’y ai aussi rencontré des créateurs et fabricants de meubles.

Des meubles qui peuvent être à destination de futurs magasins bio, local, vrac et indépendant ; mais aussi pour des magasins bio qui veulent agrandir leurs rayons vrac. J’ai d’ailleurs rencontré un fabricant qui produit des meubles à vrac, mais liquide ! C’est assez rare pour le notifier est en parler. Regarder ces beaux meubles :

Il est tout aussi important de penser à ces éléments qui vont mettre en avant les produits que vous souhaitez vendre. Des beaux meubles, qui sont aussi pratiques, vont travailler à créer une expérience cliente, ce qui n’est pas négligeable pour qu’ils reviennent vers vous et deviennent ensuite ambassadeur de votre magasin.

Ce jour à NatExpo fut intense ! J’en suis repartie avec quelques brochures des marques et fournisseurs qui m’intéressaient le plus, mais aussi après quelques mails échangés pour avoir de la documentation digitale. J’ai aussi appris tout plein de choses sur diverses techniques, ce qui me permettra d’aiguiller et de rassurer à mon tour.

Pour que nous travaillons ensemble avec de telles solutions sur vos projets.